Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
Groupe des Jeunes de Nos Oiseaux
Accueil
Le GdJ
 - 
Présentation
 - 
Le Héron
 - 
Adhésion
 - 
Le Comité
Activités
 - 
L'OCHA
 - 
Projet Huppes
 - 
Les Bons Coins de Suisse Romande
 - 
Autres
Camps à l'étranger
 - 
Informations camp à l'étranger
 - 
Voyage Oman 2009
 - 
Camp Maroc 2010-2011
Camp de baguage
 - 
Informations camp en Roumanie
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
L'agenda du GDJ
 - 
Les comptes-rendus
 - 
Carte des comptes-rendus
 - 
Calcul de coordonnées
 - 
Code de conduite
  La boutique
    - 
Les produits
    - 
Mon panier
  Aide
    - 
les FAQs
Toutes les photos
Les comptes-rendus
liste des comptes-rendus > résumé du compte-rendu
 
Jolan Besson
Célestin Luisier
 
Sortie en Haut-Valais à vélo [GdJ VS] : dimanche 14 mai 2017

Participants : Elias, Jolan, Julia, Lionel et Célestin

On arrive à Leuk et les oiseaux ne sont font pas attendre : déjà une troupe d’une dizaine de Guêpiers d’Europe sur les branches des arbres ! Salutations entre  les participants déjà présents et on va jeter un coup d’œil à la petite gouille à l’entrée du golf ce qui nous permet d’observer un Chevalier guignette de très près. Pendant ce temps, un Héron pourpré et une Aigrette garzette passent en vol, alors qu’un beau mâle de Pie-grièche écorcheur est posé bien en vue et que de nombreux Rossignols philomèles nous offrent un petit concerto, deux espèces qui seront omniprésentes tout au long de la journée. 
Je dois temporairement quitter le groupe à cause d’un coup de fil. À ma grande surprise, c’est Lionel qui est à la gare… Il nous rejoint quelques minutes plus tard et nous partons dans le golf (sur les chemins) en vélo, ce qui n’est pas du goût d’une dame un peu plus loin. Nous lui adressons un salut cordial et nous passons la deuxième. Une fois le danger passé, nous faisons un arrêt au bord des petits étangs du golf où plusieurs Rousserolles turdoïdes chantent et deux Bihoreaux gris se reposent. De plus, de nombreux Tariers pâtres, parfois en famille, se laissent aisément observer.
Après l’arrivée de Julia, nous nous rendons à l’observatoire des étangs : les Guêpiers sont présents en nombre (40), le Torcol fourmilier chante un peu, un beau mâle de Canard mandarin passe à la nage et un Hypolaïs polyglotte vole furtivement entre les buissons, mais l’attraction principale se trouve dans la haie derrière la butte. En effet, un petit oiseau extrêmement discret ne veut pas se laisser observer. Ses furtifs passages dans nos jumelles nous laissent supposer une très probable Bouscarle de Cetti. Après une heure de brèves observations, nous décidons de poursuivre notre route, qui s’arrêtera 100m plus loin…
Et pour cause, une Pie-grièche à tête rousse est posée sur le buisson dans le pré qui borde la route !!!! Nous pouvons l’observer à loisir avec la longue-vue du GDJ, vraiment un oiseau magnifique. Après 45 minutes d’une observation quasi passionnelle, nous faisons le tour des champs labourés pour nous éloigner du groupe de plus de 20 Suisses-allemands ayant aussi repéré l’oiseau. Dans le secteur, rien de nouveau mise à part quelques Alouettes des champs, Tariers des prés et un Busard des roseaux, ce qui nous pousse à scanner la montagne : la Bondrée apivore, le Gypaète barbu, le Milan noir, le Crave à bec rouge, le Circaète Jean-le-Blanc et l’Aigle royal viennent se rajouter à notre liste.
Après ces quelques émotions fortes, tout le monde s’en va pour cause de Fête des mères ou attraction par les Guêpiers…. Ne reste plus que Jolan, Elias (avec leur maman) et moi pour continuer la sortie et retourner observer la Pie-grièche à tête rousse tout en pique-niquant.
Une fois remis de ces ‘’trahisons’’, nous décidons de continuer notre route en direction de Raron en faisant des arrêts réguliers pour checker les champs. Comme à la sortie de Martigny, Jolan est au taquet et c’est lui qui scanne les champs avec la swaro du GDJ que Julia nous a laissé. Ces quelques petites poses nous permettent notamment d’observer de nombreux Tariers pâtres, Pie-grièche écorcheurs et une Fauvette grisette. À noter aussi que deux Aigles traversent la plaine très bas.
Malgré l’acharnement de Jolan, les champs sont bien vides, mais dans les environs de Steg, nous arrivons vers une petit réservoir bétonné d’où s’envole un Crabier Chevelu. Il se pose bien en vue sur le mur en béton et nous pouvons l’observer comme il se doit !
Un peu plus loin, c’est la fin de la route, mais il y a un labour… Jolan prend la longue-vue et nous trouve de jolies Tourterelles des bois en compagnie d’un Pigeon biset. Une Huppe fasciée vient surenchérir le tout par quelques manifestations sonores. Bref, c’est bien joli, mais on est au bout de la route et pas question de revenir en arrière. La digue du Rhône n’est pas loin et grâce à un plan savamment élaboré, nous traversons le champ, le canal puis les buissons qui nous séparent de la route et tout ça vélos sur le dos ! Et les aventures ne sont pas finies, nous devons encore emprunter un bout de la route cantonale très fréquentée qui mène à Raron, de quoi nous faire quelques sueurs froides.
Une fois vers Rundeia, nous scannons les nombreux sites favorables à l’escale de  Pipits, mais sans rien trouver à l’exception d’un Traquet motteux. Toutefois, il reste un petit pré sec avec des herbes, je décide tout innocemment d’aller y faire un petit tour et oh surprise, il en sort trois Pipits rousselines. Ils se posent un peu plus loin dans le pré et nous pouvons bien voir leur tête sortir des herbes avant qu’ils ne passent dans une zone plus fournie.
Il est déjà tard, juste le temps de faire le canal de Basper où il y a une famille de Tariers pâtres et nous devons déjà prendre le train pour rejoindre la voiture au parking du golf. On aurait pu rentrer en vélo, mais le fort vent de face nous a un peu découragés.
En somme, une bien belle journée ! 

Célestin Luisier

publié le lundi 5 juin 2017 par Arnaud Barras
 

-
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017